Ville de Billere

Vous êtes dans : Accueil > La ville > Découvrez Billère > Jumelage et coopération > La coopération décentralisée > Premiers pas solidaires sur le sol africain

Premiers pas solidaires sur le sol africain

| Réagir

Noter cet article

Moyenne : 3

Nombre de votants : 923

Une délégation (Jacques Cabanes Conseiller municipal, Maryse Cazalis directrice générale adjointe, Mélaine Poda président de l'association Bêafrika) se sont rendus en Centrafrique, du 22 au 29 mars 2012 pour une mission exploratoire. Dans la capitale Bangui, ils ont reçu les conseils de l'ambassade de France pour réussir cette coopération.

S'enrichir de nos différences

M'Baïki se trouve à 100 km au sud de Bangui. Le climat y est chaud, souvent humide. La ville est entourée de la grande forêt équatoriale, hélas souvent dévastée et peu replantée. A proximité sont implantés, dans la forêt, des campements de Pygmées.
M'Baïki possède plusieurs écoles primaires, un lycée (de la 6ème à la terminale) qui accueille 1800 élèves. L'ISDR, situé "en brousse" à quelques kilomètres, forme tous les ingénieurs agricoles du pays. L'économie est peu développé, basée essentiellement sur l'agriculture : manioc, avocats, mangues, élevages d'ovins et de caprins; des tentatives de piscicultures sont menées. La forêt est exploitée et ses grumes sont exportés vers l'Europe.
Les revenus des habitants sont très faibles. La ville, bien que reliée à la capitale par une route goudronné, souffre d'un enclavement certain et d'absence majeure de moyens de transports.

La signature

Une "convention cadre" a été officiellement signée entre les deux villes. Elle prévoit que ces deux communes s'engagent dans des relations d'amitié et de solidarité. Cette coopération vise à contribuer à la construction d'un monde plus juste, au respect de la dignité humaine, de l'environnement et au refus des discriminations.
A Billère, les actions de coopération pourront concerner tous les acteurs qui le souhaitent : lycées, collège, école, association, centre social, services de la mairie, et même tous les habitants qui souhaiteront participer.
Plusieurs domaines d'échanges seront possibles : la culture, l'éducation, la santé, la modernisation de l'administration municipale, le développement économique, le développement durable.
Les partenaires ont accueilli la délégation avec un enthousiasme formidable, offrant de nombreux cadeaux et espérant très fort que cette coopération débouche bientôt sur des actions concrètes.

La formation, pilier du développement

Le système scolaire centrafricain souffre d'un manque criant de moyens. Les classes sont surchargées : les jeunes sont souvent 120 par classe.
Les livres scolaires font défaut, les enseignants aussi. Pourtant, les élèves sont motivés et désireux d'apprendre.
Au lycée, de nombreux élèves n'ont pas de banc pour s'asseoir : le lycée n'a pas les finances nécessaires pour payer les menuisiers qui doivent fabriquer les "tables blancs".
D'ailleurs, il y a un seul centre de formation professionnelle pour les menuisiers. L'économie est aux mains de personnes associées, souvent des femmes, au sein de "groupements" (que nous appelons chez nous des coopératives) mais ces responsables manquent de formation en gestion.
Pourtant, on sait bien que c'est à travers l'éducation et l'instruction qu'un pays va trouver les voies de son développement.

La santé et le social, des besoins importants et une volonté d'évoluer

Le SIDA a laissé de nombreux enfants orphelins. Ils sont désormais pris en charge par des associations qui les aident pour leur scolarité et leur santé. L'hôpital ne possède qu'un seul médecin polyvalent. Il est à la fois médecin, chirurgien et obstétricien. Le personnel de soins est peu formé et manque des bases en hygiène et soins infirmiers.

De nombreux projets de coopération

La délégation est rentrée en France avec le pleins d'idées et de projets. Il pourra s'agir par exemple d'appui et d'échanges entre les écoles, d'aide et de formation pour le personnel de la mairie, de formation en gestion ou en soins infirmiers, de formation et d'aide à la "micro-finance", d'appui aux orphelins, d'aide pour organiser un système de transports en commun...
Pour mettre en œuvre ces projets, sur plusieurs années, les forces vives billéroises seront mobilisées : agents municipaux, associations, entreprises, écoliers, collégiens et lycéens, particuliers...
Toutes les personnes désireuses de s'associer à ces projets peuvent se manifester à la mairie.

 

 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération, ils seront visibles après validation du webmestre.

Partager cette page sur

eZ Publish - © Inovagora