Ville de Billere

Vous êtes dans : Accueil > La ville > Hier > La vie de 1914 à 1918 > 1915

1915

SOUVENEZ-VOUS

  • 8 Janvier Offensive allemande en Artois
  • 16  Février début de l’offensive Franco-Britanique en Champagne
  • 5  Avril Offensive Française à l’Est (Meuse et Moselle)
  • 22  Avril Première utilisation des Gaz  par les Allemands à Ypres
  • 9  Mai Coûteuse offensive Anglaise puis Française en Artois
  • 1  Juin distribution des nouvelles tenues Bleues Horizon, et casque d’acier aux

     Soldats Français

  • 19  Juin victoire des alliés à ARRAS
  • 3° bataille de l’Artois 
  • 25 Septembre début d’une offensive française en Champagne et alliée en Artois
  • 2 Décembre JOFFRE est nommé commandant en chef des Armées Françaises

 Le 34 ° R I a été formé à Mont de Marsan, au mois de Janvier 1915 il occupe les tranchées d’Oulches et de la Ferme d’Hurtebise. Les Allemands déclenchent le 25 janvier une très forte attaque dans la région d’Hurtebise, le dernier sursaut de la bataille de l’Aisne. Le bombardement a commencé le 24, il s’accentue le 25 et l’attaque est déclenchée à 17 h 30 avec une violence inouïe. L’intention de l’ennemi est claire, dévaler la pente de la Ferme d’Hurtebise, s’engouffrer dans la vallée Foulon et atteindre l’Aisne, en prenant nos troupes à revers et nous forçant à passer sur la rive sud de l’Aisne. Sous la violence du choc le Régiment placé à gauche du 34° fléchit, mais la majeure partie du front du 2° bataillon du 34° qui commande la tête de la Vallée Foulon et le 3°  Bataillon qui défend le plateau de Vauclerc résistent victorieusement aux attaques successives et acharnées des Allemands. L’élan ennemi est arrêté net, les Réserves Locales contre attaquent violemment les quelques éléments qui ont pu se frayer un passage à travers nos lignes. Le 26 la situation est inchangée, les allemands ne renouvellent pas leur attaque. Le 27 dans la soirée le 34° RI est relevé par le 49° RI.
Dans l’état des pertes on relève
DARRICARRERE Pierre , sergent Fourrier, né le 8 Juillet 1874 à Billère, tué à l’ennemi le 25 Janvier 1915 à la ferme d’hurtebise (Aisne)

Le 18 °  RI est lui aussi pendant cette période dans les tranchées, à la Vallée Foulon comme son collègue le 39° il subit les attaques des 24 et 25 janvier, il résiste bravement, et permet par des contre-attaques de stopper l’effort ennemi.
On relève dans les pertes du Régiment :
DUPEYRON Jacques , Lieutenant, né le 10 Octobre 1876 à Pau. Tué à l’ennemi le 25 janvier 1915 à la Vallée Foulon (Aisne) 39 ans
GARDERES Armand , Sous Lieutenant, né le 17 avril 1872 à Bayonne, tué à l’ennemi le 26 janvier 1915 à la Vallée Foulon (Aisne) 43 ans  

Le 12° RI de Tarbes de septembre 1914 à juin 1915 est en ligne au Chemin des Dames, secteur de la Ferme d’Hurtebise. Dans le journal des opérations du régiment on note le 20 fevrier «  Violent bombardement des tranchées, du plateau de Coussy, Bois Foulon et Vassognes » Pertes : 2 Évacués, 2 blessés et un tué.
BROISE  Marie Michel Pierre né le 30 septembre 1892 à Pau, profession Tailleur, tué à l’ennemi le 20 Janvier 1915 à Vassogne (Aisne) 23ans.

 Le 143° RIT (Régiment d’Infanterie Territoriale) Mobilisé nous l’avons vu à Pau se trouve en Mars 1915 à AIX NOULETTE dans le Pas de Calais, nos « pépères » travaillent à la réfection et au renforcement des tranchées. Le JO de marche précise le 3 mars 1915 il subit un violent bombardement à 6H. Les pertes du régiment sont lourdes, 12 tués et 29 blessés. Parmi ces derniers :
LACOSTE Louis , 2° classe, né le 6 septembre 1877 à Lurbe (Basses Pyrénées) décèdera le 30 mars 1915 à l’Hôpital auxiliaire N°2 à Conflans-Charenton (Seine) des suites de ses blessures (Eclats d’obus)

 Offensive de mai 1915 en Artois, le 33° Corps d’Armée, commandé par le général PETAIN, attaque sur un front large de 6 Km. En quelques heures, nous submergeons les tranchées allemandes et progressons de plus de 3 km vers les crêtes de VIMY. Mais les réserves disposées trop loin du front,  sont incapables de rejoindre les lignes suffisamment vite pour exploiter cette spectaculaire percée. Les allemands se ressaisissent et contre attaquent. Le combat se prolonge pendant une semaine, avec des affrontements sauvages sur les hauteurs de ND de Lorette. Au final le résultat de l’offensive française se traduit par la prise de CARENCY et ABLAIN SAINT NAZAIRE, mais la crête de VIMY et donc le contrôle de la plaine minière reste aux mains des Allemands. Le coût humain de cette offensive fut tragique pour nos troupes 102 000 hommes soit le double des pertes subies par les Allemands. Dans les régiments qui ont pris part à cette offensive on relève le 279 ° RI. Ce régiment du 9 mai au 12 mai s’empare de CARENCY. Du 12 au 23 mai attaque Ablain Saint Nazaire et conquièrent le village après des combats acharnés maisons par maisons.
C’est sans doute à ce moment là que :
AUBIEGT Marcelin né le 6 Avril 1879 à Aubertin, 2°classe au 279 ° RI sera sans doute blessé pour mourir ensuite à AUBIGNY EN ARTOIS le 26 mai 1915.

 Le 279 ° n’a pas été à Aubigny, mais dans un écrit d’un combattant du 42 ° RCP (régiment de Chasseurs à Pieds) (Pages 14-18 forum attaque de Carency) « Blessé je suis transféré de la gare de Villers aux bois, vers Banchin-Legal puis fus dirigé sur   l’hôpital d’AUBIGNY EN ARTOIS ». C’est sans doute un parcours similaire du rapatriement sanitaire que notre « Poilu » AUBEIGT Marcelin a du emprunter pour décéder à AUBIGNY en Artois. Où il figure au cimetière communal sous le nom de AUBRIGT Marcelin 279 ° RI décédé le 26 mai 1915.

 Le 166 ° RI se trouve en août 1915 dans le secteur de Riaville « Le régiment fort éprouvé défendra le secteur de Riaville, au nom peu retentissant, et qui connut guère les honneurs du communiqué. Et pourtant il avait coûté des pertes douloureuses et avait exigé du 166 ° une endurance peu commune et un inébranlable esprit de fidélité à l’accomplissement du Devoir, obscur sans panache, sans récompense visible, fidélité pourtant la plus difficile de toutes ». (Historique du régiment). Pertes du régiment 19 officiers, 97 sous officiers, 1041 hommes. Le JMO (Journal de Marche et des Opérations) du 166° RI précise le 29 Août la constitution d’une compagnie de Sapeurs Pionniers pour la constitution de Boyaux, tranchées, sapes, crénaux, flanquements etc…la construction et le placement de défenses accessoires, en tout 12 gradés et 74 hommes.
Cependant sur l’Etat des pertes du 29 aout il est noté :
LAPLACE Jean 2° classe blessé. La fiche « Mémoire des hommes » précise LAPLACE Jean Marie Edouard , né le 17-12-1895 à Billère, 2° classe au 166° RI, est mort pour la France à l’hôpital de Verdun le 30 aout 1915, des suites de ses blessures de guerre. « reçues à RIAVILLE (Meuse) » précision qui figure sur sa Fiche Matricule.

 Le 408 ° RI est constitué le 1er avril 1915 sur le territoire de la 8° région militaire basé à Méhun sur Yères et les villages avoisinants. Il se compose de Berrichons, de Bourguignons, de Nivernois, de quelques Lorrains et d’un fort contingent de Parisiens, tous de la Classe 1915.. L’engagé volontaire pour 3 ans le 8 mars 1913, VIGNALATS Jean Gaston Alexis , nommé Sous-Lieutenant le 3 Août 1915, est versé au 408° RI le 10 Août 1915. En dépit de la période calme du régiment en septembre, il est à déplorer la perte le 9 Septembre du Commandant de Bataillon COTTAZ, du S/Lieutenant VIGNALATS et du Médecin auxiliaire MONY, tués par un obus tombé à 19h30 sur la « popote » des Officiers du 1er Bataillon à Elincourt. Le JMO du régiment à la photo des 3 tombes au cimetière de Margny sur Matz ou les corps ont été transférés.
VIGNALATS Jean Gaston Alexis , né le 26 avril 1893 à Arthez d’Asson, sous lieutenant au 408° RI, est mort pour la France tué par un obus, le 9 septembre 1915 à Elincourt Sainte Marguerite (Oise)
C’est le fils ainé de Lucien VIGNALATS et d’ Anne DUCLOS-PEN E,(épouse VIGNALATS) tous les deux instituteurs à Billère, à l’Ecole de la Mairie de 1906 à 1919, le premier à l’école des garçons, la deuxième à celle des filles.

 

à suivre...

Gérard Martin
André Plantiier
Jean-Michel Raulo

Partager cette page sur

eZ Publish - © Inovagora